Les Hauts Plateaux, un autre Vietnam

23 fév 2012

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Les montagnes des Hauts Plateaux restent une destination oubliée des tour-operators. Les touristes préférant parcourir les plages de Nha Trang plutôt que cette contrée enclavée. Pourtant, cette région, frontalière du Laos et du Cambodge, sera l’une de nos plus belles étapes vietnamiennes. A peine quatre heures de bus au départ de Quy Nongh, et nous voilà débarquées à Kontum. Une ville qui ne nous est pas complètement inconnue. Ludo et Sylvie, un couple de Français rencontré dans le train pour Sapa, nous ont envoyé leur plan de vol (bonnes adresses, site de randonnées) en quittant le pays.

On the road again
En sillonnant Kontum, nous sommes marquées par le nombre d’édifices catholiques : église, cathédrale, séminaire… Bien avant d’être une base américaine dans les années 70, Kontum fut une cible pour les missionnaires français envoyés ici dès 1851 pour évangéliser les minorités Bahnar, Sedang ou Giarai. Au guidon de notre scooter, nous partons vers le nord de la cité, sans carte ni boussole. Nous arpentons la Nationale 1 jusqu’à prendre la décision de tourner instinctivement sur la gauche. Au troquet du coin, Nolwenn s’efforce de mimer le poisson pour faire comprendre que nous cherchons une rivière, un lac ou un étang… Bref de l’eau ! Renseignements pris, tout le monde nous déconseille la route que nous souhaitions prendre. Un peu butées, nous persistons et empruntons le chemin. Bonne idée ! Devant nous s’étend un immense lac, ombragé par quelques nuages restés accrochés aux montagnes. L’odeur des caféiers en fleur, pareil à du jasmin, enivre les lieux.

Nous poussons ensuite l’itinéraire vers l’est, avec en guise de route : du sable, des cailloux et de la terre. Nous nous enfonçons dans la forêt jusqu’à ce que le sable nous oblige à finalement garer la moto. Après une centaine de mètres, nous débarquons face à des rizières en terrasses, style Sapa en plus ensoleillées ! Entourées de collines arides, nous profitons de cette quiétude, bercées par le ruissellement d’une rivière en contrebas.

Rencontres au sommet
Nichée à 525 mètres d’altitude, la ville de Kontum est connue pour ses villages alentours où vivent nombre de minorités. Au cœur de chacun d’eux, dont l’entrée est indiquée par un portail surmonté de drapeaux multicolores, trône la nha rong. Cette maison communale, haute d’une vingtaine de mètres et au toit de chaume, est reconnaissable à des kilomètres à la ronde.

Nous partons sillonner la campagne à pied, et pour l’une des rares fois depuis le début de notre voyage au Vietnam, nous sommes accueillies avec une humanité toute nouvelle. Exception faite d’une famille dont le patriarche parle quelques mots de français et avec qui nous échangeons rires et cigarettes, nous déclinons même certaines invitations. En effet, boire de l’alcool de riz à 14h, sous le cagnard, nous semble peu recommandé.
Continuant notre chemin, nous surplombons la rivière Dakbla, traversant le pont Cau Treo où se croisent scooters, vélo et charrette tirée par des zébus.

Dans les villages, les Montagnards, comme on les appelle ici, cultivent la terre. En chemin, nous sommes invitées sur la plantation de toute une famille. Leur maison, un deux pièces de tôles rouillées posé en bord de rivière, abrite parents et enfants revenus de la ville pour les vacances. Tous travaillent aux champs entre tomates, gingembre, pommes de terre et bananes. Armées de notre guide universel tout en images, nous leur expliquons d’où nous venons. Regards amusés, rires échangés. Nous repartons avec deux kilos de tomates sous le bras, nos vivres pour le pique-nique de midi.
Toute la journée, nous marchons sur cette route sinueuse à travers les villages et les collines, sous un soleil de plomb. Avant de regagner l’hôtel et de prendre la route le lendemain pour Buôn Ma Thuôt, à 250 kilomètres au sud.

Les chutes de Buôn Ma Thuôt
Ville stratégique pour les Américains durant la guerre du Vietnam, Buôn Ma Thuôt est tombée aux mains de l’armée communiste du nord le 10 mars 1975. Ce fut la dernière grande bataille avant la chute de Saigon, le 30 avril de la même année. Aujourd’hui, cette ville de plus de 300 000 habitants est célèbre pour son café, introduit au Vietnam dans les années 60. En 25 ans, le pays est devenu premier exportateur mondial de robusta, une essence utilisée dans la fabrication du café lyophilisé très prisé des pays émergents. En janvier dernier, le Vietnam a d’ailleurs organisé volontairement une rétention de sa production affolant le cours du café sur les marchés boursiers.

Dans cette région des Hauts Plateaux, nous sommes en territoire édé, minorité soumise au régime matriarcale et aux impressionnantes maisons longues de dizaines de mètres. La location du scooter réglée, nous partons avec un mini-plan à peine détaillé pour trouver les chutes de Dray Sap et Dray Nur. Après une trentaine de kilomètres, nous atteignons enfin les lieux. Bien aménagé, légèrement bétonné à l’entrée, le site naturel nous offre les plus belles cascades que nous ayons vu depuis le début du voyage, tous pays confondus.
Larges de 100 mètres, celles de Dray Sap sont un véritable paradis. Plus loin, s’écoulent les chutes de Dray Nur, plus petites mais tout aussi impressionnantes. En plein week-end, l’endroit est envahi de Vietnamiens venus passer la journée au bord de l’eau. Pour nous, c’est pause lecture et photos. Ressourcées, nous reprenons le deux-roues en fin d’après-midi, direction les troisièmes chutes : celles de Gia Long. Répertorié dans les bibles touristiques, le site semble à l’abandon depuis plusieurs années. La lumière du jour décroît et les derniers rayons du soleil enveloppent la cascade d’une couleur blanche orangée.

A la nuit tombée, nous arpentons les ruelles de Buôn Ma Thuôt avec son rond-point et sa statue gigantesque, ses cafés et ses restaurants de trottoirs où nous dégustons de délicieux rouleaux de printemps. Une ambiance nonchalante loin de l’agitation de Saigon et Hanoï.

2 commentaires

  1. Nicole

    Super post bien chaleureux avec ses beaux paysages de campagne et leurs habitants très souriants.Bravo les filles !

    Posté le 23 février 2012 à 19 h 36 min | #
  2. Elodie

    Très belles photos avec un coup de cœur pour les cascades!

    Posté le 23 février 2012 à 22 h 00 min | #

Publier un commentaire

*
*