Monthly Archives: janvier 2012

Good morning Hanoï

Good morning Hanoï

Mercredi 4 janvier, 20h35, le vol 920 en provenance de Phnom Penh atterrit à Hanoï. Température extérieure : neuf degrés. Le matin même nous transpirions dans les ruelles ensoleillées de la capitale cambodgienne. Choc thermique assuré.

 

Pour une poignée de dollars

Pour une poignée de dollars

« La descente du dragon ». La légende de la baie d’Halong raconte que l’animal sacré, figure bienfaisante au Vietnam, aurait voulu dompter les courants marins. Il aurait ainsi entaillé les roches et façonné ce paysage mystérieux.

 

Dans les contrées embrumées du Nord Vietnam

Dans les contrées embrumées du Nord Vietnam

Mardi 7 janvier 2012, 6h30 du matin. Les voilà, ces rizières en plateau tant attendues. Nous frottons les fenêtres embuées du minibus pour les admirer. Tandis que nous zigzaguons dans les montagnes, elles se cachent derrière des volutes de brume.

 

Leçon de cuisine cambodgienne chez Nary

Leçon de cuisine cambodgienne chez Nary

A Battambang, nous avons la chance de prendre des cours de cuisine chez Nary qui nous ouvre les portes de son restaurant. Nous avons testé pour vous ces trois recettes.

 

Péripéties sur la route de Battambang

Péripéties sur la route de Battambang

Des rizières à perte de vue, une campagne fertile et tranquille. Ni une ni deux, nous louons un scooter pour découvrir les alentours ! Ravies, le casque sur la tête et le sourire jusqu’aux oreilles, nous roulons jusqu’au Phnom Sampeou.

 

Sous les sourires des apsaras d’Angkor

Sous les sourires des apsaras d’Angkor

Les temples d’Angkor s’étendent sur un vaste site au nord du lac Tonlé Sap. Cette cité mythique fut la capitale de l’empire khmer, fondé par Jayavarman II, entre les IXe et XVe siècle. Les successions à la tête du royaume façonneront l’architecture d’Angkor.

 

Ratanakiri mon amour

Ratanakiri mon amour

Une nuit et six heures de bus plus tard, nous arrivons à Banlung, capitale de la province du Ratanakiri. Les chauffeurs de moto-taxis nous attendent de pied ferme afin de nous amener à l’hôtel pour lequel ils travaillent.