Kansai Trip

04 déc 2011

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Après avoir découvert le vrai karaoké à la japonaise (merci Vincent, Julien, Pierre, Yuka, et les autres joyeux drilles), je pouvais quitter Tokyo avec le sentiment du devoir accompli* !

Direction, le Kansai, région du sud d’Honshu (la plus grosse île de l’archipel nippon).

Kyoto, le Japon millénaire

C’est en bus de nuit que je rejoins Kyoto, un jour avant la fête du travail. Ce jour férié n’a rien à voir avec notre premier mai : le « Kinro kansha no hi » célèbre les travailleurs et honore la notion de travail. En plus, c’est la haute saison touristique, celle où les feuilles des érables rougissent. Les rues et hôtels de Kyoto sont bondés mais j’ai tout de même trouvé un toit dans une guest house proche du Palais Impérial. Petit budget, petit dortoir : une pièce vide avec trois tatamis.

- A quoi servent ces pièces ?
- Ce sont les chambres à coucher.
- Où sont les lits ?
- Taisez-vous ! Vous êtes un barbare. Il n’y a pas de lits au Japon. Quand on se couche, on apporte son matelas, on le remporte quand on se lève. Albert Londres, 1922, Visions orientales.

Les temples et sanctuaires sont si nombreux à Kyoto qu’il faudrait faire un marathon pour tous les voir en quelques jours ! Ancienne capitale impériale pendant 1100 ans, la ville compte des centaines de lieux de culte et j’en visiterai une bonne douzaine.

Petite précision : les temples sont bouddhistes et les sanctuaires shinto. La distinction n’est pas toujours aussi simple. Il n’est pas rare en effet de voir de petits sanctuaires shinto dans l’enceinte de temples bouddhistes ! Ou vice-versa puisque les deux religions cohabitent très bien. Le bouddhisme est arrivé de Chine et de Corée au Japon vers les Ve et VIe siècles. Cette religion est divisée en de multiples écoles qui se sont elles-mêmes sous-divisées en différents courants… De telle sorte qu’en pénétrant dans un temple, je ne savais pratiquement jamais de quel groupe spécifique il dépendait ! Le shintoïsme est la religion née au Japon et pratiquée « depuis toujours ». Elle aussi est divisée en de multiples écoles et sectes. Il y aurait actuellement plus de 184 000 groupes religieux répertoriés au Japon. Comme le dit un dicton : « le Japonais naît shinto, se marie chrétien, raisonne confucianiste et meurt bouddhiste. »

Quand on est un touriste qui connaît son affaire, qu’on promène sa curiosité au Japon, on va à Nicha, à Nara, à Kyoto, voir les temples dont les toits semblent deux vastes et sombres ailes prêtes à battre ; […] les jardins qui s’appellent d’or et d’argent. Albert Londres, 1922, Visions orientales.

Odeurs d’encens, bruit des gongs que l’on frappe pour appeler les esprits, torii rouges vifs, portes monumentales et chants des bonzes confèrent à ces lieux une atmosphère particulière. Les fidèles accrochent des « ema », tablettes en bois sur lesquelles on inscrit son vœu et que l’on suspend devant le temple pour attirer l’attention des kami (les divinités). Je suis ébahie par l’ancienneté de certains temples : le Kiyomizu-Dera date de l’an 798!

A flanc de montagnes et traversée par la rivière Kamo, Kyoto est proche de la nature. On y respire plus qu’à Tokyo et la ville semble plus humaine (même si son immense banlieue rejoint Osaka).

Les Japonais font des jardins, comme Beethoven faisait des symphonies. Albert Londres, 1922, Visions orientales.

Kyoto compte bien sûr un quartier des affaires et plusieurs quartiers commerçants. Depuis le début de mon séjour nippon, je suis saisie par l’omniprésence de la consommation ! Les magasins et boutiques sont partout : dans le métro, autour des temples, à la sortie du bus, dans toutes les rues… Le voyageur est sans arrêt sollicité pour acheter tel souvenir, tel repas, tel bibelot, cela n’en finit plus !

Avant de quitter la capitale des temples, j’ai la chance d’accompagner Yumie aux bains publics. Yumie est une jeune puéricultrice avec qui je partage mon dortoir. Elle ne parle pas très bien anglais alors nous communiquons comme nous pouvons : avec des signes, des dessins ou même des objets ! Adorable, elle accepte que je me joigne à elle pour aller au « sento ». Moult règles régissent le bain japonais et j’observe soigneusement comment fait mon amie pour éviter tout faux pas. Enlever ses chaussures, se dénuder dans les vestiaires, prendre un casier, aller au bain avec ses affaires de toilettes (dont la fameuse mini-serviette avec laquelle on se lave), prendre un petit tabouret en plastique et s’assoir devant un miroir et sa mini-douche (on se lave accroupi), utiliser une bassine pour se rincer le corps et la douche pour ses cheveux, bien se laver partout et, après seulement, se glisser dans les bains chauds et bouillonnants… Ce sento n’est pas mixte et, bien que je me sente un peu comme Gulliver au pays des Minipouces, les vieilles femmes ont l’air contentes de voir une étrangère. Elles me regardent en douce, me lançant de grands sourires quand je croise leur regard. La nudité est vite oubliée et je profite de cette eau chaude avant de ressortir dans le froid glacial de la ville.

Nara, au pays des biches

Cette ville, située à une heure de train de Kyoto, a aussi été la capitale du Japon pendant presqu’un siècle, de l’an 710 à l’an 784. On y trouve le temple Todai-Ji, un des édifices les plus impressionnants des débuts du bouddhisme sur l’archipel nippon. Le temple est immense et abrite un bouddha géant, la plus grande statue en bronze du Japon. Au pied des montagnes, Nara est très connue pour son grand parc… et ses biches ! La ville fourmille de cerfs et daims, nourris par les touristes.  Fou rires garantis devant l’attitude de certains cervidés réclamant à manger à des mamies trop gentilles.

Ce n’est pas Tokyo que l’on décrit quand on est au Japon. C’est Nara, Kyoto, Nikko. Albert Londres, 1922, Visions orientales.

Moderne Osaka

Lors du voyage nippon d’Albert Londres, Osaka est en plein essor industriel. Aujourd’hui, la troisième ville du Japon conserve de nombreuses industries (bien que beaucoup de sièges sociaux soient à Tokyo) mais présente surtout au voyageur de passage un visage futuriste. Bâtiments à l’architecture moderne, grande étendues géométriques, hypercentre commerçant aux mille et une enseignes, canaux aux promenades aménagées, la ville a un air de Metropolis.

A Osaka, les temples sont des usines et leurs piliers des cheminées. Albert Londres, 1922, Visions orientales.

Comme depuis le début de mon voyage au Japon, les gens n’hésitent pas à m’aborder pour me demander d’où je viens ou m’aider dans le bus. A Osaka, une femme m’offre même un billet pour monter en haut de la tour Tsutenkaku (cet édifice était déjà là quand Albert Londres est venu puisqu’il a été construit en 1912). Bien que la communication soit souvent difficile, les Japonais se révèlent extrêmement gentils et heureux que l’on s’intéresse à leur culture.

Journée au bord du Pacifique à Kamakura et Enoshima

Avant de quitter le Japon, je veux à tout prix voir l’océan. La côte la plus proche se trouve après Yokohama, au sud-ouest de Tokyo. Une heure et demie de train à travers la banlieue pour arriver sur les plages de sables gris. Kamakura est célèbre pour son bouddha géant, visible en plein air contrairement à celui de Nara. L’histoire raconte qu’un tsunami balaya le temple qui protégeait la statue tandis que l’eau s’arrêta au pied du bouddha !

On accède à l’île d’Enoshima, gros rocher tout en hauteur, grâce à un pont. Je profite du beau temps pour lézarder face au Pacifique tout en admirant la ronde des dizaines de rapaces qui surveillent les pêcheurs. Loin des bruits de la ville, j’oublie le chaos de Tokyo et profite de mes derniers instants au pays du Soleil levant.

*Petit bonus : pour avoir un aperçu de ce que donne un karaoké japonais, c’est ici.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Si vous en voulez encore (malheureux!), la dernière chanson est celle d’un girls band à la mode AKB48 (oui oui, elles sont 48 !).

7 commentaires

  1. Diane

    Trop marrant d’entendre Jean et Odile décryptés ton petit papier du temple !
    Superbes photos.
    Gros bisous

    Posté le 4 décembre 2011 à 17 h 32 min | #
  2. Sylvain

    Salut !
    Eh bien rien à voir avec le Gabon …
    Bon périple en asie !
    La bise.
    Sylvain.

    Posté le 4 décembre 2011 à 17 h 50 min | #
  3. Elodie

    Mon vœux est exaucé: Voilà le Kansai :-) ! Magnifiques photos, magnifique voyage nippon. Bonne continuation au Vietnam!

    Posté le 4 décembre 2011 à 18 h 27 min | #
  4. Nicole

    Oui vraiment très beau reportage sur le japon et ses habitants. Ce 1er pays oriental qui ne peut laisser indifférent.

    Posté le 4 décembre 2011 à 19 h 53 min | #
  5. Linda

    De toutes mes facinations le Japon en est la plus grande..
    Très beau reportage Julie!

    Posté le 7 décembre 2011 à 20 h 21 min | #
    • Albarnoussi

      Entre le grand Bouddha de Kamakura et le Hasedera(Deese de la mesericorde),j ai croise Julie…………..un salamalek de la part du marocain.

      Posté le 12 décembre 2011 à 12 h 52 min | #
  6. MARINE

    je post je post

    merci pour ce recit fameux qui me donne bien envi d aller voir ce qui se passe par labas !!!!

    Posté le 3 janvier 2012 à 19 h 25 min | #

Publier un commentaire

*
*