Le premier jour du reste de notre voyage

07 juin 2011

Récit d’une journée de 48 h entre Paris, Londres, Addis-Abeba et Libreville.

Dimanche 5 juin. Nous quittons le sol français à 17h50, une heure plus tard que l’horaire prévu à cause « du mauvais temps sur Londres ». (Ha, c’est imprévu ?)

Arrivée à London-Heathrow, où nous rattrapons notre retard avec les  honneurs : récupération des bagages, transfert du Terminal  5 au Terminal 3 en train express, réenregistrement avec Ethiopian Airlines avec au passage une petite blague de l’hôtesse : « Votre visa gabonais n’est valable que jusqu’au 2 août, vous ne pouvez pas partir puisque votre billet retour est prévu le 17 août ! » Regards interrogatifs entre nous, légère incompréhension aussi… L’hôtesse part vérifier avec son supérieur et heureusement, tout rentre dans l’ordre.  Après avoir de nouveau montré patte blanche aux douanes anglaises (ôté ceinture et bijoux notamment !) nous nous envolons enfin pour Libreville avec… une quarantaine de minutes de retard. Peu importe ! Nous sommes à bord, assises dans l’allée centrale le nez bien collé à la cloison qui nous sépare de la première classe mais ça, c’est une autre histoire….

Quatorze degrés Celsius – 7h du matin, nous arrivons à Addis-Abeba (Ethiopie) pour un transfert plus rapide et moins compliqué (nos gros sacs à dos changent d’avion tout seul). Petite déception de ne pas pouvoir découvrir ce pays montagneux qui a l’air si beau vu du ciel (et de la baie vitrée de l’aéroport). Bien qu’il nous soit difficile d’ouvrir les yeux par manque de sommeil, nous ne ratons rien des gardes armés, des hôtesses de l’air filiformes et de cette langue éthiopienne indéchiffrable et incompréhensible. Une heure d’attente et il faut déjà repartir.

Après 20 h de voyage et une attaque à la cannette de bière rinçant Julie sur le vol Londres-Ethiopie, nous arrivons enfin à Libreville ! Le choc thermique est tel qu’imaginé : la chaleur et l’humidité attendues collent nos vêtements sur nos peaux instantanément moites. Aux contrôles de nos passeports, les sourires sont de circonstance. Nous passerons l’épreuve haut la main, sans embrouille ni bakchich ! Lundi 6 juin, il est midi. Nous foulons pour la première fois le sol africain.

Pour patienter, petit teasing sonore et musical…

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

13 commentaires

  1. Marion

    Raaaaah les veinardes!!!! j’ai bien pensé à vous à midi en train de détourer des petites cuillères

    Posté le 7 juin 2011 à 18 h 53 min | #
  2. MA

    Tu vas parler aussi bien l’éthiopien que le croate Nono ?
    En tout cas bonne route à toutes les 2.

    Posté le 8 juin 2011 à 13 h 54 min | #
  3. Diane

    Le début des aventures… Sympa le teasing sonore et musical !

    Posté le 8 juin 2011 à 13 h 57 min | #
  4. Claire

    Contente d’avoir de vos nouvelles !!! mais qu’est-ce que c’est que cette attaque à la canette de bière ? les terroristes auraient-ils changé de méthode ? Bises

    Posté le 8 juin 2011 à 16 h 31 min | #
  5. Killian

    Yes yes yes, c’est partiiiii !!! Je vous suivrai assidûment :)

    Posté le 8 juin 2011 à 22 h 51 min | #
  6. dominique jallon

    il fallait bien que les autorités fassent du zèle pour pimenter un peu le départ…. heureusement que vous êtes au top pour l’énergie et le bons sens pour surmonter la bêtise humaine… courage les filles ! gros bisous

    Posté le 9 juin 2011 à 9 h 47 min | #
  7. Audrey

    Super les filles !!! c’est cool que vous soyiez arrivées sans souci…enjoy

    Posté le 9 juin 2011 à 20 h 43 min | #
  8. Tumatariri

    Iaorana Julie,

    félicitation, si ton périple t’ammène jusqu’on polynésie, ma maison tes grande ouverte.Nana Miri

    Posté le 10 juin 2011 à 19 h 26 min | #
  9. PYB

    Eh bien voilà, c’est parti et bien parti !
    Dix mois de journalisme, de rencontres, d’enthousiasme, de nostalgie et de vie tout simplement…
    « Celui qui marche d’un pas lent
    Dans la rue de l’exil, c’est toi, c’est moi.
    Regarde-le bien
    Ce n’est qu’un homme.
    Qu’importe le temps, la ressemblance
    Le suivre au bord des larmes.
    (…)
    Demander l’asile est une offense
    Une blessure avalée.
    Avec l’espoir qu’un jour
    On s’étonnera d’être heureux
    Ici ou là-bas »
    Tahar Ben Jelloun

    Posté le 10 juin 2011 à 20 h 38 min | #
  10. Margarita !

    Génial ce premier article !!! Contente de vous voir partir !
    Bonne chance dans votre expéditon ! Hàte de vous lire de nouveau !
    Ciaoo

    Margaux.

    Posté le 10 juin 2011 à 23 h 15 min | #
  11. Vir

    Super les filles! Ravie que vous soyez bien arrivée et avec la petite sueur froide ne concernant votre visa:)Gros bisous

    Posté le 12 juin 2011 à 12 h 33 min | #
  12. dcrennfamily

     » En décidant de vivre dans l’ instant présent , nous pouvons voir toutes les beautés et les merveilles qui nous entourent . Il faut être simplement conscient de ce qui est sous nos yeux .  » Alors les filles c’ est parti pour une merveilleuse aventure : ouvrezgrand vos yeux et vos oreilles …A bientôt sur le site , hâte de vous lire …Bisous NONO

    Posté le 12 juin 2011 à 13 h 00 min | #
  13. amandine

    salut à toutes les deux,je lis que tout se goupille parfaitement avec ses rencontres chanceuses je vous souhaite que cela continue pour le reste du voyage!!!!(sacré nounousss=)!!)c’est vraiment sympa de vous suivre,merci pour la bande son de la radio gabonaise!!!bise

    Posté le 13 juin 2011 à 9 h 47 min | #

Publier un commentaire

*
*