Après la communion, l’oseille !

16 juin 2011

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Dans les églises, les MP3 des taxis ou les chaines-hifi des maisons, Jésus est partout. Version louange dominical ou rap chrétien, les Gabonais sont très croyants et la majorité de la population est catholique.D’autres rites animistes cohabitent cependant avec la religion dominante. Dès notre arrivée à Libreville, nous n’échappons pas  à la vue de la cathédrale Sainte-Marie. Bâtie en 1958, elle se dresse fièrement face à l’estuaire, le long du boulevard du bord de mer. Mais c’est vers un autre lieu de culte que se porte notre attention : celui de Saint-Michel, dans le quartier Nkembo.

A première vue, l’édifice, construit en 1964, ressemble à un hangar posé à un carrefour. Son toit de tôle et ses piliers sculptés, œuvres de l’artiste gabonais Zéphyrin Lendogno, sont bien loin des canons architecturaux qui caractérisent les églises européennes. Les bancs alignés sur le parvis servent aussi bien de refuges pour les prières que d’un lit en plein air pour quiconque souhaite piquer un somme.Ici, le fidèle a le choix. Il peut se recueillir auprès de la Vierge, sous une petite grotte aux pierres bleues et blanches, ou décider de prier dans l’église.

Nous arrivons vers 13h, en pleine célébration de l’office lors de la semaine de la Pentecôte. Discrètes, nous écoutons les chants qui s’élèvent. Les voix sont monotones, et l’église n’est pas bondée.La majorité des fidèles sont des femmes et une fois la messe terminée, toutes se retrouvent à discuter et à boire un bien drôle de breuvage. Après avoir communié avec Jésus, place à l’oseille ! Pour quelques CFA, on vous donne un petit sachet plastique, tout juste sorti d’une glacière. A l’intérieur, un liquide couleur grenadine. Intriguées, nous passons commande et apprenons rapidement que cette boisson, désaltérante et sucrée, s’obtient en laissant tremper des feuilles d’oseille dans l’eau toute une nuit. Puis, on y ajoute du sucre et l’arôme de son choix. Avec la chaleur omniprésente, nous ne tardons pas à liquider le sirop d’une seule traite ! Nous restons avec les mamas qui nous questionnent sur notre venue au Gabon. Après plus d’une heure de conversation, nous quittons les lieux, sautons dans un taxi et dévalons les rues. A la radio, pas de Beyonce ou Shakira, mais un morceau endiablé sur … Jésus.

5 commentaires

  1. Valérie M

    Un petit coucou ;) c’est franchement super de pouvoir suivre votre périple au travers des récits agrémentés de superbes photos… Bonne route et à très vite sur le net. Des bisous
    Valérie

    Posté le 16 juin 2011 à 19 h 11 min | #
  2. N’empêche que la chanson, quoi qu’elle dise au début, elle est jolie. Amen.

    Posté le 18 juin 2011 à 17 h 12 min | #
  3. BbA

    Adorer l’oseille, voila bien une idée de pays développé.

    Posté le 18 juin 2011 à 21 h 51 min | #
  4. leboyer christoohe

    tout cela est vraiment très intéressant….

    Posté le 22 juin 2011 à 20 h 54 min | #
    • seite janine

      très belles photos, c’ est comme si on y était en afrique! bravo les filles pour votre voyage!

      Posté le 2 juillet 2011 à 20 h 22 min | #

Publier un commentaire

*
*